Accueil » Notre voyage au Costa Rica : une expérience sans filtre

Notre voyage au Costa Rica : une expérience sans filtre

Ainsi vous projetez de faire un voyage au Costa Rica ? Dans les grandes lignes, nous vous livrons sans aucun filtre, avec authenticité, notre expérience.

Etant donné que le Costa Rica est la première destination écotouristique d’Amérique latine, cette étape s’est imposé à nous comme une évidence au moment de choisir nos destinations pour notre road-trip.

C’est ainsi que nous avons vécu une fabuleuse expérience. Effectivement le Costa Rica est un ambassadeur de la nature avec ses nombreux parcs nationaux. Ainsi tout au long de notre itinéraire, nous avons exploré sa nature sauvage, admiré sa riche biodiversité, ses paysages luxuriants. De plus, le pays bénéficie des avantages de la politique écologique ce qui est fait le « roi de l’éco-tourisme ». En revanche, le revers de la médaille est que le Costa Rica est une destination chère. On a dû revoir notre budget à la hausse.

Donc entre la réalité et le fantasme, l’écart existe comme l’illustre notre ressenti sur notre odyssée au Costa Rica. Nous sommes parties en sac à dos et à pieds.

carte voyage au Costa Rica
Notre itinéraire de voyage au Costa Rica

Comment se déplacer pendant son séjour au Costa Rica ?

  • La location de voiture. Non, il n’est pas indispensable de louer une voiture lors de son voyage au Costa Rica. Cependant ne nous le cachons pas, c’est beaucoup plus simple… Notre budget étant limité, nous avons décidé de privilégier les transports en commun. En conséquence, cela a nécessité du temps et beaucoup d’organisation.
  • Les bus. Ils sont de moyenne qualité, pas de climatisation et un peu vieillots mais les sièges sont plutôt confortables. Le véritable inconvénient quand on fait un parcours itinérant est qu’on est bien souvent obligé de repasser par la capitale San José, ce qui peut faire d’énormes détours. Mais grâce au site rome2rio, nous avons eu accès à tous les horaires.
  • Les Taxis privés ou « shuttles ». On en trouve sur le web ou directement sur rome2rio. Ce sont des petits vans de 7 à 8 places, bien utiles pour gagner du temps. En conclusion, ils sont plus chers, mais aussi plus rapides, confortables et climatisés.
  • Le stop. Nous n’avons pas eu l’occasion d’en faire mais il paraît que cela se pratique beaucoup, notamment entre touristes.

Au cas où, on peut se déplace avec Uber sur San José et c’est bien moins cher que les taxis. Cependant, la plateforme reste illégale dans ce pays. En conséquence le chauffeur reste discret et on vous demandera toujours de placer un passager à l’avant.

Quel est le budget voyage par jour et par personne au Costa Rica ?

Budget voyage au Costa Rica
Budget de voyage moyen au Costa Rica pour 2 personnes

Voyage au Costa-Rica : où dormir ?

  • Airbnb : Premièrement, c’est notre choix favori dans les grandes villes. Car on y a la possibilité de cuisiner ce qui améliore le budget alimentation.
  • Hôtels : pour un milieu de gamme, comptez 80 euros la nuit. Ainsi, si vous possédez une voiture, privilégiez les abords tranquilles des villes. Le rapport qualité-prix sera meilleur également.
  • Les cabinas : hôtels typiques et populaires du pays qui proposent un rapport qualité-prix plus raisonnable, à partir de 50-60 euros pour des chambres de 2 à 4 personnes. A savoir, la climatisation et l’eau chaude sont plutôt rares dans les cabinas.

Comment téléphoner au Costa Rica ?

Finalement, nous avons choisi l’opérateur Claro car il présent partout.

En bref, la solution la plus simple et rapide selon nous et de se rendre directement dans un magasin. Ainsi, un vendeur mettra tout en place car il faut déclarer son identité pour activer la ligne.

Quelles sont les spécialités culinaires au Costa Rica ?

À première vue, on y trouve une nourriture riche et variée aux saveurs tropicales.

  • Le matin, il est coutume de déjeuner avec un bon « Gallo Pinto ». Copieux et généreux, ce plat composé de riz, haricots rouges, poivrons, oignons, ail et de la sauce, est parfait pour attaquer sa journée. Pour cela, nous nous sommes attablées dans des « Sodas », restaurants locaux et peu chers où l’on a dégusté une gastronomie locale en compagnie des ticos. On y trouve aussi les meilleurs « casados », plats traditionnels incontournables au Costa Rica.
  • Sur les côtes pacifique et caribéenne, on se régale de délicieux ceviches frais et acidulés. Un vrai plaisir lorsqu’il fait chaud, à déguster avec une bonne Impériale, la bière nationale, celle que l’on préfère.
  • Côté Caraïbes, l’influence créole et afro-caribéenne est bien présente, notamment avec l’utilisation du lait de coco dans les recettes traditionnelles.
  • Une des spécialités costariciennes est l’élaboration de jus frais et de smoothies à déguster près des plages à l’ombre des cocotiers (attention aux chutes de noix de coco). Pour un dollar, on vous propose une agua de coco bien fraîche ou des coco-loco, une noix de coco aromatisée au rhum.
  • Le café est une des grandes spécialités du Costa Rica. C’est la seconde activité économique du pays et l’un des plus réputés au monde. On vous le prépare dans un filtre qui ressemble à une chaussette, muy típico !
  • Et l’eau est-elle potable au Costa Rica ? Oui, on peut boire l’eau du robinet dans tout le pays.

Quoi mettre dans sa valise pour notre voyage au Costa Rica ?

Le climat costaricien varie énormément au cours d’une journée mais également selon les différentes régions. C’est pourquoi, nous avons opté pour la règle des couches d’oignons pour s’adapter aux variations de chaud/froid, humide ou pluvieux durant toutes nos étapes.

  • De bonnes chaussures de trek (le plus important)
  • Un coupe-vent imperméable respirant avec une doublure chaude zippée modulable
  • Vêtements en laine mérinos (meilleure régulation de la température et de l’humidité)
  • Un pantalon de randonnée adaptable en short
  • De bonnes lunettes de soleil
  • Une casquette qui sèche vite et aérée
  • Housse de sac à dos anti-pluie

Nous tenons à insister sur ce point car le fait d’être bien équipées contribue à un séjour de qualité.


Notre voyage au Costa Rica : itinéraire de 3 semaines

Tout d’abord, la journée commence à l’aube au Costa Rica, vers 6h du matin. Et finalement, c’est agréable de profiter de la fraîcheur matinale et l’on ne perd pas sa journée.

Etape 1 : Santa Elena et le parc national de Monteverde : notre coup de cœur

Dès le départ de l’autocar (6h30), nos têtes sont collées aux fenêtres. On admire les paysages sinueux et vallonnés de cette région verdoyante. La rencontre avec le Costa Rica a lieu à ce moment précis, nos yeux sont ébahis et c’est, avec le sourire aux lèvres, que l’on s’avance au cœur de cette zone tropicale et humide. La promesse semble être au rendez-vous et nos âmes d’aventurières sont en alerte.

Et dès notre arrivée, nous sommes séduites par l’allure de ce petit village touristique de montagne. L’ambiance y est décontractée et animée. On a eu le choix entre de nombreux restaurants, bars et boutiques… Et on a pu y trouver plusieurs agences qui proposent toutes les activités à faire dans la région.

Ponts suspendus_Monteverde
Les ponts suspendus de Monteverde – Skyadventure

Quelles activités choisir à Monteverde ?

En s’informant, nous avons choisi la formule proposée par Skyadventure Monteverde. En effet, elle est connue à travers tout le pays comme étant la plus sensationnelle. Au menu : balade sur les ponts suspendus et tyroliennes. Le tout parfaitement bien organisé. Le minibus vient vous chercher et vous re-dépose (pratique quand on n’a pas de voiture).

Notre expérience avec Skyadventure à Monteverde

De toute évidence, quelle expérience incroyable ! Les ponts suspendus au-dessus de la cime des arbres sont impressionnants. Ainsi, les paysages sauvages, le calme, le son des oiseaux, donnent une atmosphère mystique à cette forêt de nuages.

Prenons l’exemple des tyroliennes, il n’y a qu’un mot : sensationnel !! Première étape, nous sommes montées dans un petit téléphérique ouvert aux quatre vents jusqu’aux sommets du parc. Le vent était si puissant que notre « cabine » se balançait de droite à gauche presque à 180°… Ça nous a donné un avant-goût de ce qui nous attendait !

Deuxième étape, arrivées en haut, nous sommes encore montées de quelques dizaines de mètres sur une plateforme bringuebalante, toujours poussées par le vent… (Âmes sensibles ou sujettes au vertige s’abstenir !) Et nous nous sommes enfin élancées sur la première tyrolienne à 150 mètres au-dessus de la cime des arbres, et sur 750 mètres de longueur… ! Et ainsi de suite, le long des 7 tyroliennes.

À la fin du parcours, c’est un petit saut à l’élastique ou une descente en rappel qui permet de rejoindre la terre ferme. Bref, des sensations fortes jusqu’au bout !

Encore une fois, nous avons adoré cette journée inoubliable. En témoigne la beauté des paysages qui nous entouraient et ces sensations incroyables en survolant la canopée. C’est sans aucun doute l’un des moments les plus marquants de notre voyage au Costa Rica 😍.

jungle costa rica

La réserve biologique de Monteverde

Deuxième jour, nous avons choisi de visiter sans guide (porte-monnaie oblige) la réserve biologique de Monteverde. Nous avons eu la chance de rencontrer un troupeau de coatis, des colibris et des quetzals. Mais sans doute, un guide nous aurait permis de voir davantage d’animaux.

Qu’à cela ne tienne, la balade était très agréable et ce même si le célèbre pont suspendu du parc était fermé pour rénovation.

Pour finir, cerise sur le gâteau, le soir nous avons mangé au restaurant Tree House à Santa Elena. C’est un superbe établissement construit autour d’un énorme ficus, magique et incontournable !

tips voyage costa rica
  • Bus San José – Monteverde : deux départs par jours à 6h30 et à 14h30, compagnie Transmonteverde, depuis le terminal 7-10 dans le centre de San José. 6$/personne.
  • Tour Skyadventure, formule complète 109€/personne.
  • Hotel : Mari’s B&b, 40€/nuit. Bon rapport qualité prix.
  • Températures : chaud et froid, souvent pluvieux et très venteux.

Etape 2 : La Fortuna, le volcan Arenal et le rio celeste : L’humilité face à la nature

Tout naturellement, nous avons poursuivi notre aventure vers la Fortuna où le trajet peut se faire en partie en bateau.

Pour commencer, la traversée du lac est un moment de calme et de contemplation au fil de l’eau. Au fur et à mesure, le volcan Arenal apparait trônant au-dessus des eaux douces. Les reflets sont magnifiques. Cependant, le sommet du volcan est souvent embrumé. Une fois de plus, les paysages ne cessent de nous transporter dès le début de notre périple au Costa Rica.

Hotel Nepenthe

Après s’être posé la question d’où dormir à la Fortuna, on a tout compte fait, posé nos sacs dans l’hôtel Nepenthe. Situé dans le village d’El Castillo à 20 minutes en taxi de la Fortuna (convient mieux aux vacanciers qui possèdent une voiture), l’hôtel possède une vue imprenable sur le volcan, comme l’illustre nos photos. En effet, cet hôtel isolé est situé sur le point le plus haut du secteur. Si bien, que l’on a donc pu admirer l’Arenal au coucher du soleil, sans nuage !

Malgré l’isolenement, nous avons adoré cette atmosphère calme et apaisante. En témoigne, les couleurs changeantes du ciel au fil des heures.

Nos activités à la Fortuna : les bains chauds

Premier lieu de découverte, nous nous rendons au centre-ville de la Fortuna. On y a dégusté de bons tacos frais avant d’aller faire trempette dans un des nombreux thermes de la ville. Ces lieux de détente sont alimentés par les eaux chaudes qui descendent du volcan.

Après s’être renseignées sur les meilleurs thermes à la Fortuna, nous avons finalement laissé de côté les propositions coûteuses des grands hôtels pour faire confiance aux conseils de voyageurs français avisés. Nous nous sommes rendues aux Termalitas del Arenal (8 euros/pers), un rapport qualité-prix imbattable et nous n’avons pas été déçues. Quelle extase quand nos corps fatigués se sont enfin détendus dans ces piscines naturellement chauffées à 35, 45 voir 50 degrés, dans un décor de jungle tropicale. Un incontournable du voyage au Costa Rica : le pays compte plusieurs zones de sources chaudes.

El rio Celeste 

Autre étape clef de notre itinéraire au Costa Rica : le Rio Celeste. Un fleuve qui a la particularité d’avoir une eau turquoise. C’est la résultante d’un procédé chimique à l’endroit de la rencontre entre deux fleuves et l’effet de la lumière qui le traverse. On attend donc qu’il fasse soleil au milieu d’une jungle tropicale humide, le suspense est à son comble.

tips voyage costa rica

Comment se rendre de la Fortuna au Rio Celeste ?

Nous avons réservé notre excursion directement à l’hôtel pour 110 euros repas compris. Notre guide, Gustavo est venu nous chercher à 8h, et après une heure de route, nous étions à l’entrée du parc.

Excursion rio celeste : canoaaventura

Notre expérience au Rio Celeste

La balade est assez courte, environ 1H30 aller-retour, sur des sentiers assez abrupts. Nous avons pu observer des petits serpents venimeux, des papillons, un toucan et de nombreuses plantes et fleurs exotiques. Savez-vous qu’un arbre peut abriter plus de 27 000 espèces de plantes différentes sur lui ? Ce sont des hôtes et non des parasites. La nature a décidément beaucoup de choses à nous apprendre.

C’est une marche sportive avec un certain dénivelé jusqu’à la cascade. Dans un décor de film d’Indiana Jones, on arrive d’abord au pied d’une grande chute d’eau qui finit dans une retenue d’eau turquoise. Le bleu, le vert, la roche, le bois … un vrai ravissement pour les yeux.

On trouve ensuite sur le parcours des bains bouillonnants de souffre avant d’arriver au lieu de rencontre des deux fleuves, là où opère la magie des lieux. Pas de chance pour nous, c’est sous une pluie tropicale démentielle que nous sommes arrivées à cet endroit. L’eau n’était donc plus si turquoise mais l’on a pu quand même se rendre compte du phénomène ; et la jungle tropicale sous une pluie torrentielle, c’est l’aventure !

Etape 3 : le village de Paraìso dans la région du Guanacaste : la nature à l’état sauvage

Si l’on se demande quelles plages voir durant son voyage au Costa Rica, c’est sans aucun doute, celles de la région du Guanacaste.

C’est grâce à un couple d’amis que nous sommes parties rejoindre que nous avons découvert les plus belles plages sauvages du Costa Rica. Dans le petit village de Paraiso, nous étions au milieu des locaux, guidées par d’irréductibles gaulois venus s’installer au Costa Rica depuis les années 60, et qui y vivent quelques mois par an.

Le paysage est désertique avec d’immenses plages sauvages bordées de rochers. Le littoral est préservé et les paysages sont à couper le souffle. Sur la plage des Callejones vers 18H, une Impériale à la main (la bière nationale), nous avons pu y contempler nos plus beaux couchers de soleil sous un ciel rose. La journée, c’est l’occasion de faire du snorkelling ou des balades, à cheval ou à pieds, tantôt sur une plage de sable blanc, tantôt de sable noir au milieu des bois flottés, des mangroves et des rochers lissés par le va et vient de l’eau.

Après quelques jours de farniente avec les copains, nous avons mis le cap plus au sud sur la péninsule de Nicoya.

tips voyage costa rica
  • Suttle privé de la Fortuna à Santa Cruz : environ 3h pour 90 euros directement sur internet.
  • Point fort : climatisé et rapide
  • Point faible : le prix
  • Hôtel : Cabinas de Makeni (reservable sur place), Paraiso.

Etape 4 : Samara et la playa del Carillo

Tout d’abord, c’est à la station de bus de Santa Cruz que nous avons pris un premier bus pour Nicoya et ensuite, un second bus pour Samara.

Arrivées sur place à notre hôtel proche de Samara, à Puerto Carillo très précisément, nous nous installons dans un véritable havre de paix : l’hacienda del mar. L’occasion pour nous de nous délasser quelques jours dans leur formidable piscine au soleil au son de la musique latine.

Le matin, nous nous rendons à la plage del Carillo. C’est une vaste étendue de sable blanc bordée de cocotier sous un grand ciel bleu qui nous attend. Nous sommes heureuses, les pieds dans le sable, en dégustant une noix de coco bien fraiche à l’ombre (1 euros/coco). Quel ne fut pas notre étonnement de découvrir que trois perroquets rouges : des aras Macas ont pour habitude d’y venir déjeuner tous les jours sur un arbre qui jouxte la plage. Merci mère nature.

Les activités à Samara

Chiller et profiter essentiellement. Ce petit village de bord de mer est connu pour son ambiance décontracter, ses nombreux restaurants les pieds dans le sable, les cours de surf, les balades en vélo, les nombreuses activités etc. la belle vie en somme. Le soir, l’ambiance s’anime autour des bars dansants et des restaurants. Nous avons une mention spéciale pour le restaurant, La dolce vita, un décor paradisiaque et une cuisine fraiche et locale.

  • – Bus Santa-Cruz – Nicoya : 35 min (13 colonnes/pers)
  • – Bus Nicoya – Samara : 1h15 min (50 colonnes/pers)
  • – Sans climatisation
  • – Hôtel : Hacienda del mar, puerto Carillo
  • – Températures : entre 30 et 35 degrés.

Etape 5: Montezuma

Nous souhaitons évoquer cette étape décevante de notre itinéraire au Costa Rica en gardant un point de vue objectif.

Description de Montezuma : astuces pour vivre la meilleure expérience

Commençons par le cadre. Montezuma est un village de bord de mer avec une plage absolument magnifique qui possède deux ambiances aux antipodes l’une de l’autre. Il faut dire que selon ce qui nous correspond, il est primordial de loger au bon endroit pour ne pas être déçus. Bref, nous allons tenter d’être plus claires.

D’un côté, si vous aimez la fête animée par une jeunesse débridée et marginales, Montezuma, surnommée « Montefuma » par les ticos, le centre du village est fait pour vous. Le soir jusqu’à tard, on y entend la musique à fond et le matin au réveil, les rues sont jonchées de cadavres de bouteilles. Conclusion, le contraste avec la nature était trop fort pour nous.

D’un autre côté, si vous logez un peu à l’écart du centre dans l’un des nombreux hôtels éco-lodges sympas et qui souvent, ont une vue imprenable, vous pourrez profiter de l’ambiance apaisante au milieu de la nature luxuriante. Finalement, c’est l’option que nous aurions dû choisir.

Cascade de Montezuma - Costa Rica

La cascade de Montezuma

Tout d’abord, Montezuma n’est pas connue que pour sa plage paradisiaque. Il y a aussi sa cascade. Si vous y allez à pied, comptez deux kilomètres de montée et quelques pesos de droit d’entrée car vous traverserez une propriété privée avant d’arrivée aux cascades, car il n’y en a pas qu’une. Seul bémol, le monde. Beaucoup de touristes viennent profiter des eaux douces et fraiches de la cascade mais cela ne nous a pas déranger du tout de nous retrouver dans cette ambiance familiale.

Sunset - Montezuma

La traversée entre Montezuma et Jaco

Au moment du départ, nous avons opté pour l’option traversée en bateau de Montezuma à Jaco avec une compagnie sur place. Énorme erreur. Malgré un levé du soleil magnifique et une mer lisse, une fois en haute mer, ce petit bateau avec un seul moteur s’est retrouvé à sauter les vagues de front. Résultat des courses, nos affaires étaient mouillées, nous avons craint pour l’électronique.

Depuis le début de notre aventure, nous avions toujours pris des bateaux d’une certaine taille et à double moteur mais là nous avions payé 45 euros par tête pour une traversée de l’horreur malgré le fait que nous ne sommes pas du tout des trouillardes. Finalement, c’était à la limite de l’inconscience et de l’abus de la part de ces marchands de rêve. Isolées, nous avons pris ce qui semblait l’option rêvée mais il aurait fallu rejoindre le ferry quand bien même cela représenté de longues heures de transport. Conclusion, soyez vigilants.

A priori, Montezuma est une étape clef d’un voyage au Costa Rica. Hors elle nous a paru hors de prix quant on considère que la nature qui fait la richesse de ce lieu est là depuis la nuit des temps. En réalité, son aspect cool et marginal s’est révélé une arnaque à nos yeux.

Sous cette réserve et comme il est sage de ne jamais regretter mais d’apprécier voir de ses propres yeux, nous sommes contentes de découvrir toutes les facettes du Costa Rica durant notre voyage.

Etape 6 : Quepos et le parc national Manuel Antonio

coucher de soleil sur Quepos

Comment se rendre de Quepos au parc Manuel Antonio ?

Arrivées à Quepos, on s’installe dans notre airbnb dans un quartier populaire et charmant. L’hôte est sympathique et serviable. Il nous indique comment nous rendre le lendemain au parc national Manuel Antonio. Il suffit de prendre le bus au terminal. Une trentaine de minutes suffisent pour arriver à l’enceinte du parc. Certainement le parc national le plus populaire du Costa-Rica.

tips voyage costa rica
  • Horaires d’ouvertures : du mardi au dimanche de 7h à 16h.
  • Tarif : 15 euros pour un adulte / gratuit pour les moins de 12 ans.

Second point, prudence à l’entrée du parc, de nombreux guides non officiels avec de fausses chemises vont vous demander si vous voulez un tour guidé pour les animaux. Notre conseil, les guides officiels vous attendent au guichet à l’entrée du parc.

Le parc Manuel Antonion vaut-il le coup d’être visiter ? Oui.

Souvent décrié pour son côté usine à touriste, nous avons su prendre le meilleur côté du parc. En effet, nous avons adoré observer les mines réjouies des enfants qui découvraient les animaux et l’ambiance familiale du parc. C’était notamment, l’occasion d’échanger nos découvertes avec les visiteurs venus du monde entier.

Premier constat remarquable, le parc a une biodiversité incroyable. Le fait est que c’est l’endroit où nous avons pu observer le plus d’animaux : chauve-souris, grenouilles, singes, capucins, paresseux, oiseaux, serpents, araignées etc.

Second atout, les paysages sont fantastiques. En témoigne, les sentiers du parc qui sont agréables et nous les avons tous arpentés avec joie et curiosité : le chemin de la Catarata, la punta Catedral et ses miradors, les plages idylliques de sables blancs et aux eaux turquoise, les mangroves etc. Celà étant, ne faite pas la même erreur que nous : pensez à prendre vos maillots de bain !

En fin de compte, nous avons trouvé que le parc national Manuel Antonio était un incontournable du voyage au Costa Rica. A regret, nous n’avons pas pu découvrir le parc national de Cahuita, très encensé également.

Etape 7 : Le parc national Tortuguero

Vue tortuguero
Vue sur Tortuguero – Costa Rica

Tortuguero est une ville située entre la mer et la lagune, au milieu de la forêt tropicale humide. Sa situation extraordinaire fait de cette destination un vrai enchantement.

Première étape, dès que l’on monte sur le bateau direction Tortuguero, l’enchantement commence. On suit un chemin d’eau au milieu de la forêt tropicale. Le dépaysement est total. Comme nous l’avons dit souvent entre nous, rien que pour ce moment-là, cela vaut la peine.

Finalement, on débarque sur le quai de Tortuguero où nous attend un guide en partenariat avec notre hôtel. En fin de compte, la mission de celui-ci est de vous vendre un maximum d’excursion ! Cela étant, nous savions déjà que nous souhaitions faire la sortie en kayak dans le parc national et découvrir la partie pédestre du parc entre la plage et la lagune.

Attention, il convient de le faire le même jour ainsi vous ne payez pas deux fois le droit d’entrée du parc qui est d’environ 14-15 euros par personne.

Notre activité Kanoë au parc national Tortuguero : une épopée en pleine nature

Nous voici, le lendemain 6h, sur le quai prés à découvrir toute la faune et la flore de cette région unique.

Tout d’abord, nous n’avons pas été déçues. Tandis que nous avancions à fleur d’eau sur les différents bras d’eau de la lagune jusqu’à s’enfoncer dans la forêt tropicale où nous pouvions à peine se frayer un chemin, nous étions comme deux enfants. De toute évidence, nous connaissons tous cette impression que le temps n’existe plus et que nous sommes ailleurs. C’est notamment le cas lorsque nous avons croisé la route des caïmans, des tortues d’eau douce, des singes hurleurs, d’oiseaux magnifiques etc. au milieu d’un décors sauvage tel qu’on l’aurait trouvé il y a des centaines d’années.

Le parc national Tortuguero : le sentier pédestre abandonné au profit de la zone aquatique.

En revanche, le parc national Tortuguero nous a déçu. Malgré son potentiel, il semble comme à l’abandon. Sa plage est magnifique mais le vent qui déchaine les vagues rendent toutes activités impossibles.

Cela étant et pour notre plus grand plaisir, la nature à tous les droits à Tortuguero.

tips voyage costa rica

Comment se rendre au parc national Tortuguero depuis San José?

  • Bus 1 : San José – Guàpiles : 1h30 min (toutes les heures)
  • Bus 2 : Guàpiles – Cariari : 1h (toutes les 20min)
  • Bateau navette : Cariari – Tortuguero : entre 30min et 1h
  • Températures : humide, pluvieux et il fait très chaud

Pour conclure sur notre voyage au Costa Rica, il existe bien évidemment tellement d’autres endroits à découvrir alors si vous avez eu la chance d’y aller, faite nous partager vos remarques et impressions :

  • Parc national Uvita
  • Baya drake
  • Parc du Corcovado
  • Ballena
  • Tamarindo
  • Playa Santa Teresa
  • Volcan Poas

Retrouvez la première étape de notre road trip en Amérique latine : la Colombie.

6 Commentaires

  1. Bellver
    12 mai 2022 / 21 h 06 min

    Super article👍👍

  2. Moreno
    14 mai 2022 / 13 h 42 min

    Avec toutes ces informations et ces détails vous nous avez mâché le travail si on veut partir au Costa Rica. On a plu qu’à préparer les valises

  3. Moreno
    15 mai 2022 / 6 h 47 min

    Magnifique ce séjour au Costa rica ça donne vraiment envie d’y aller !!

  4. Feret Laurence
    15 mai 2022 / 8 h 47 min

    Merci à vous deux pour ce blog vivant et super documenté. Ça donne envie de boucler ses valises et de suivre « vos traces ». Bonne continuation les Miss…et continuez à bien profiter. 😚

    • gringasdepaseo
      Auteur/autrice
      15 mai 2022 / 13 h 35 min

      Merci Laurence 😍 ravie que cela plaise et ravive les envies de voyage!!

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :